Obtenir son permis de conduire B deviendra bientôt plus difficile à Bruxelles également

Après la Flandre et la Wallonie, la Région de Bruxelles-Capitale adopte elle aussi un nouvel examen de permis de conduire pour les véhicules de la catégorie B. Cette refonte sera appliquée en 2 phases, avec une première série d?adaptations valables dès la fin de ce mois. Ainsi, à partir du 30 avril (à l?instar des autres Régions), une seule faute grave sera encore autorisée à l?examen théorique. La majeure partie des modifications ne seront toutefois applicables qu?au 1er novembre : les candidats auront le choix entre 4 méthodes d'enseignement (au lieu des 2 filières actuelles), ils devront suivre une formation aux premiers secours avant leur examen pratique, et celui-ci comprendra un test de perception des risques.

Voici un aperçu des éléments les plus importants de cette nouvelle procédure d'examen.

Une faute grave maximum

L'examen théorique se composera encore de 50 questions, avec le même seuil de réussite fixé à 41/50. Mais tout comme dans les autres Régions, les candidats ne pourront plus commettre qu'une seule faute grave. Répondre de manière incorrecte à deux questions relatives aux infractions des troisième ou quatrième degrés ou portant sur le dépassement de la vitesse maximale autorisée, sera donc synonyme d'échec à partir du 30 avril.

Assistance d'un interprète

En principe, les candidats doivent présenter l'examen théorique en français ou en néerlandais. Mais dès fin avril, les personnes qui ne maîtrisent pas ces langues pourront également participer à l'examen, avec l'assistance d'un interprète désigné parmi les interprètes-jurés par le centre d'examen pour l'allemand ou l'anglais.

Le candidat assume lui-même la rémunération de l'interprète. A noter que ce dernier ne peut pas être employé dans une école de conduite agréée ni donner de formation à la conduite à titre professionnel.

L'assistance d'un interprète sera possible pour toutes les catégories de véhicules à moteur, pas uniquement pour ceux de la catégorie B.

Quatre méthodes d'enseignement

A partir du 1er novembre, les candidats au permis B ayant réussi l'examen théorique auront le choix entre 4 parcours d'enseignement (au lieu de 2 actuellement).

? Parcours 1

Le candidat ne suit aucun enseignement pratique auprès d'une école de conduite. Il fait lui-même appel à un guide pour toute la durée de la formation, étant entendu que ce guide doit satisfaire aux conditions légales.

Dans ce cas, la période de stage est de minimum 9 mois et de maximum 18 mois. La norme indicative en termes de distance parcourue avec le véhicule tend vers les 1.500 kilomètres (ajustables aux conditions et difficultés de circulations).

? Parcours 2

Le candidat suit pendant une durée minimale de 14 heures un enseignement pratique auprès d'une école de conduite, et fait ensuite appel à un guide (qui satisfait également aux conditions légales).

La période de stage est ici de minimum 6 mois et de maximum 18 mois. La norme indicative tend également vers les 1.500 kilomètres.

? Parcours 3

Dans cette filière, le candidat suit pendant une durée minimale de 20 heures un enseignement pratique auprès d'une école de conduite. Il doit avoir atteint l'âge de 18 ans au début de l'enseignement.

La période de stage pour le candidat comprend au minimum 3 mois et au maximum 18 mois. La norme indicative tend vers les 1.000 kilomètres.

? Parcours 4

Enfin, le candidat peut suivre un enseignement pratique auprès d'une école de conduite pendant une durée minimale de 30 heures. Il doit avoir atteint l'âge de 18 ans au début de l'enseignement.

Il n'y a pas de période de stage. Dans cette filière, le candidat peut donc présenter l'examen pratique après les 30 heures de formation en école de conduite.

En résumé

Les candidats qui optent pour l'un des trois premiers parcours doivent tenir un « journal de bord ». Il s'agit d'un document dans lequel apparaissent les progrès du candidat concernant sa capacité à conduire ainsi que le nombre de kilomètres parcourus. Le ministre bruxellois en charge de la Sécurité routière précisera ultérieurement le contenu précis de ce journal de bord. Il est toutefois d'ores et déjà prévu que ce document soit toujours présent dans le véhicule conduit par le candidat.

La nouvelle réglementation bruxelloise accorde une attention particulière aux accompagnateurs. Un « ensemble pédagogique » relatif à leur formation sera mis à disposition.

Formation obligatoire aux premiers secours

Attention, à partir du 1er novembre, tous les candidats à l'examen pratique devront avoir suivi au préalable une formation aux premiers secours. Celle-ci porte notamment sur la première aide vitale et non vitale dans la circulation routière.

La formation se compose d'un volet théorique qui peut être suivie à distance, et d'une partie pratique d'un minimum de 3 heures. Le suivi de la formation est validé par une attestation valable 2 ans.

Le ministre bruxellois compétent pour la Sécurité routière précisera ultérieurement les modalités pratiques de cette formation.

Examen pratique

L'examen pratique sera lui aussi adapté en plusieurs points dès le mois de novembre. Les candidats devront tout d'abord effectuer un « test de perception des risques » sur ordinateur, en vue de vérifier s'ils sont capables de reconnaître et d'évaluer à temps les dangers de la circulation.

En cas de réussite au test de perception des risques, le candidat pourra participer à l'épreuve sur la voie publique. La réussite du test de perception des risques reste valable un an.

Les candidats devront donc avoir réussi le test de perception des risques et l'examen pratique sur la voie publique pour obtenir leur permis de conduire B.

Source: Arrêté du 29 mars 2018 du Gouvernement de la Région de Bruxelles-Capitale relatif à la formation à la conduite et à l'examen de conduite pour la catégorie de véhicules à moteur B et à certains aspects pour toutes les catégories de véhicules à moteur, M.B., 5 avril 2018